Perspectives d’emploi et population vieillissante

Publié le 22/10/2013

À l’heure du départ à la retraite des baby-boomers, qui représentent une partie importante de la population, l’évolution démographique entraînera inévitablement des changements au niveau de l’économie du travail. Malgré ces bouleversements au sein de la société, diverses options sont envisageables pour pallier une éventuelle baisse des effectifs.

Des solutions pour l’avenir

Comme plusieurs centaines de milliers de postes devront être pourvus lorsque les boumeurs quitteront le marché du travail pour prendre leur retraite, Emploi-Québec prévoit une baisse du taux de chômage pour les années à venir.

L’intégration professionnelle des jeunes Canadiens et des autres groupes ayant connu des taux de chômage relativement élevés, comme les Autochtones et les immigrants, pourrait contribuer à atténuer les effets négatifs du vieillissement de la population et mener vers le plein emploi.

Afin d’assurer le maintien d’un bassin de personnel qualifié, de plus en plus de travailleurs âgés poursuivront leur carrière. De nombreux baby-boomers qui repousseront l’âge de leur retraite pourront profiter de meilleures conditions de travail et d’horaires plus flexibles ou encore deviendront consultants.

Les employeurs, de leur côté, devront envisager de retenir les employés d’expérience tout en planifiant leur relève. Les plus jeunes, qui seront forcés d’acquérir de l’expérience professionnelle beaucoup plus vite que leurs aînés, devront perfectionner leurs connaissances et leurs compétences, afin d’être en mesure de remplacer les baby-boomers qui prendront leur retraite.

Les domaines et les professions en demande

Bien entendu, le vieillissement de la population créera de nouveaux besoins, notamment au niveau des soins de santé. La demande pour des professionnels de ce secteur (médecins, infirmières, pharmaciens, technologues et techniciens médicaux), ainsi que pour ceux du domaine de l’assistance sociale, ne cessera d’augmenter durant les prochaines années.

Les besoins en soins infirmiers sont particulièrement criants, mais les tâches des infirmières d’aujourd’hui sont plus complexes en raison du vieillissement de la population. C’est pourquoi l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) recommande un apprentissage plus poussé et encourage ses membres plus âgés à participer à la formation de leur relève.

De plus, lors du départ à la retraite des boumeurs, c’est par milliers qu’il faudra remplacer les comptables, notaires, avocats et ingénieurs. La demande risque d’être forte même pour un secteur en décroissance comme le domaine manufacturier.

Le secteur bancaire fait également face à une demande de personnel grandissante. Les institutions financières, conscientes que certains postes peuvent requérir plusieurs années de formation à l’interne, tentent déjà de recruter les étudiants universitaires démontrant le plus de potentiel.

Les jeunes diplômés en techniques, qui sortent du cégep, seront très en demande. Qu’il s’agisse de denturologie, d’informatique, de géomatique, de bureautique, de technologie minérale, d’inspection des aliments, de techniques de génie et d’architecture, de santé animale ou de radio-oncologie, les perspectives d’avenir pour ces domaines sont tout à fait favorables.

Mettez votre expérience à profit

Grâce au programme Rétro-Action 50+MD, Télé-Ressources fait la promotion de vos talents et de vos compétences auprès de ses clients, pour sensibiliser ceux-ci aux avantages que procurent des employés matures ayant une vaste expérience professionnelle. Les travailleurs de plus de cinquante ans, passés maîtres dans leur domaine et connaissant bien les rouages d’une entreprise, constituent un atout de taille pour toute équipe multigénérationnelle.

Si vous désirez demeurer actif, il est possible de repousser l’âge de votre retraite, en optant pour un départ progressif ou un travail à temps partiel, par exemple. De cette manière, vous pourrez continuer à faire partie de la population active et faire profiter les employeurs de votre savoir.

En tant que professionnel expérimenté, vous pourrez agir comme mentor auprès des plus jeunes et leur transmettre vos connaissances. Les échanges de savoirs sont à envisager entre les membres de la génération Y et certains bébé-boumeurs qui auraient besoin de formation d’appoint pour rester au fait des développements technologiques.

Bien que le vieillissement de la plus importante cohorte de l’histoire du pays soit susceptible de causer divers changements socio-économiques, l’avenir du marché de l’emploi semble toutefois prometteur. Selon Emploi-Québec, les jeunes, les immigrants qualifiés et les travailleurs âgés qui restent actifs suffiront à pourvoir les postes disponibles.

Source : BARLOW, Julie. « Emploi au Québec : changement de génération ! », L’actualité, 1er novembre 2013.

Tags: , , ,




Haut de page ↑